From one to all: a call for unified action against COVID-19.

PC: Josh Estey

Dear Us,

It is far from us,

It is close to us,

It is inside of us.

CORONA VIRUS.

It’s a pandemic that affects–even slows–the world right now.

We die every day from diseases, natural disasters, war, hunger, rape, but some people will continue to say It is the business of others, only because It has not yet passed their door.

Today, we are all affected! No matter the color of our skin or our social standing, all human beings on this earth are now challenged. We fight an invisible ghost, and must unite to defeat it.

I am not writing to Us as an expert, which I am not, but as a concerned person.  We all have differences, and this kind of situation amplifies them all the more.

Why? Fear of the unknown, selfishness, misplaced jealousy, lack of understanding, lack of faith…

Alone, who can stop this virus? I tell myself today, the world can only stop it by bringing forward the true humanity deep inside each of us.

Let those who know how to pray pray;

Let those who can sing rock the world with song;

Let those who manage to dance warm the world with dance;

Let those who know how to make others laugh do so to help them pass time more lightly;

Let those who know how to speak to others encourage and comfort them while respecting public health measures.

And let us pay tribute to all those fighting in the front lines of this war;

Tributes to all those who have died, and those who continue to suffer in health centres;

Tributes to all those who are affected and who do not yet know it.

How can we help these people, and thereby help ourselves? By loving one another.

Let us also respect one another by helping one another.

Let us follow the measures intended to stop the viral spread and deaths around us.

For some, disaster rules since confinement;

For others total confusion, since misfortune has come to weigh heavily on us all.  

Some allow their lives to rot, others criticise themselves, reveal their egos, living without conscience in all the corners of the world as this virus continues on its way towards us all;

Fear of the unknown is the worst disease as it makes us lose both reason and goals, and kills us like fools.

The question is not how to secure only yourself and your loved ones, because we are not the only ones concerned.  We are interdependent everywhere, in our neighborhoods, cities and villages, especially in the DRC, where many live in closely-knit communities, and the virus which began at the other end of the world still touches all our futures.

There would be no humanity left in this world if you were the only survivor!

Protect your neighbor by all the means at your disposal, recognise that to protect others is to protect yourself;

Let us think beyond this pandemic, who we will be, after? Will we see things the same way, or will we be more positive?

Some cut ties to their families before all of this happened and today find themselves alone;

Some have split for one or the other interest, and today need the support of those from whom they have broken away;

Some people never intended to spend time together, but circumstances have obliged them, and they believe they will kill one other, but no!

Let us abandon negative ideas, offer support to others, accept one other, to survive together.

We are and will always be linked to each other,

and that is the strength of humanity.

Let us remain united.

-Sema member Tatiana, Democratic Republic of Congo (DRC)

SEMA members are united in their concerns about how we handle the challenges of the coming weeks and months. They know from experience that in solidarity there is also innovation, strength, and hope.


What does working together look like to you?

Chers « Nous »

Il est loin de nous ; 

Il est près de nous ;

Il est à l’intérieur de nous.

CORONA VIRUS.

C’est une pandémie qui touche et ralentit le monde actuellement.

Nous mourons chaque jour de maladies, de catastrophes naturelles, de la guerre, de la faim et du viol, mais certaines personnes se disent que « c’est l’affaire des autres » parce-que cela n’a pas encore passé leur porte.

Aujourd’hui, nous sommes tous concernés. Nous sommes tous touchés !

Peu importe la couleur de notre peau ou le rang social, tous les êtres humains de cette terre sont interpellés.

Nous nous battons contre un fantôme invisible et nous devons nous mettre ensemble pour le vaincre.

Je ne nous écris pas en tant qu’experte, je n’en suis pas une, mais en tant que concernée. Nous avons tous des divergences et souvent cette situation les amplifie d’autant plus.  Pourquoi ?

La peur de l’inconnu, nos egos, notre jalousie mal placée, la mauvaise compréhension de l’information, notre mauvaise foi .…

Seul, qui pourrait arrêter ce virus ?

Je me dis, aujourd’hui, que le monde a lui seul peut l’arrêter en mettant en avant le vrai humain qu’il y a au fond de chacun de nous.

Que celui qui sait prier prie ;

Que celui qui sait chanter berce le monde avec la chanson ;

Que celui qui arrive à danser, réchauffe le monde par la danse ; 

Que celui qui sait faire rire les autres le fasse pour les aider à passer le temps avec dans la joie ;

Que celui qui sait parler aux autres les encouragent et les réconfortent, tout en respectant les normes de prévention qui nous ont été données ;

Rendons hommages à toutes ces personnes qui luttent au premier rang de cette guerre. Hommages à tous ceux qui sont morts et ceux qui continuent à souffrir dans les centres de soin. Hommages à tous ceux qui sont atteint et qui ne le savent pas encore.

Comment aider ces personnes et donc, nous aider nous-même ?

Aimons-nous les uns les autres ;

Respectons-nous les uns les autres en nous entraidant ;

Suivons les règles et les mesures mises en place, afin d’arrêter la propagation et les morts autour de nous ;

Pour certains, c’est le désastre depuis le confinement, pour d’autres c’est la confusion totale depuis que le malheur vient à pas pesant vers nous. 

Certains se pourrissent la vie, d’autres se critiquent, montrant leurs egos, ceux qui vivent au taux du jour dans tous les coins du monde souffrent le martyr et le virus continue sa route vers nous ;

La peur de l’inconnu est la pire des maladies, car elle nous fait perdre notre raison et nos objectifs, elle nous laisse mourir et nous entretuer comme des imbéciles.

La question n’est pas de savoir comment faire pour se sécuriser et sécuriser ses proches, car nous ne sommes pas seuls concernés. Nous sommes interdépendants les uns les autres, particulièrement dans nos quartiers, villes et villages en RDC, où beaucoup vivent en communautés, mais de la disparition du virus à l’autre bout du monde dépend notre futur à tous.

Le monde ne saurait être appelé humanité s’il ne restait qu’un seul survivant, Toi ! 

Protège donc ton prochain par tous les moyens dont tu disposes, car protéger les autres, c’est te protéger toi-même .

Pensons à après cette pandémie, à ce que nous deviendrons réellement. Verrons-nous toujours les choses de la même manière ou serons-nous plus positifs ?

Certains ont coupé les liens avec leurs familles avant que tout cela n’arrive et aujourd’hui, ils sont seuls ;

Certains se sont divisés pour l’un ou l’autre intérêt et aujourd’hui, ils ont besoin de l’appui de ces personnes dont ils se sont détachés ;

Certains ne voulaient pas passer du temps ensemble, mais les circonstances les y obligent et ils pensent qu’ils vont s’entretuer, mais non !

Évacuons de nous les idées négatives, offrons notre soutien aux autres, acceptons-nous les uns les autres et nous survivrons tous ensemble.

Nous sommes et serons toujours liées les uns aux autres et c’est ça la force de l’humanité. 

Restons unis!

  • Membre de SEMA Tatiana, République Democratique du Congo (RDC) 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *