République Démocratique du Congo (RDC)

Contexte du conflit et principaux défis

Tandis que la République Démocratique du Congo (RDC) possède une immense richesse naturelle, ses ressources ont rarement été exploitées au profit de ses citoyens, et ont souvent mené à leur souffrance. La guerre en RDC – l’un des conflits les plus meurtriers au monde – et ses conséquences ont coûté la vie à plus de 5,4 millions de personnes et ont fait 2 millions de déplacés.

La violence sexuelle a été utilisée comme une arme de guerre pour terroriser les communautés durant le conflit armé, et les conséquences se font directement sentir encore aujourd’hui. Dans le contexte d’après-guerre, on comptabilise toujours un nombre alarmant de viols, l’esclavage sexuel est endémique et les excisions sont pratiquées de manière délibérée, notamment dans la province du Nord Kivu. Cette souffrance actuelle est intergénérationnelle.

En RDC, les survivants de violences sexuelles font face à la stigmatisation et au rejet de leur communauté et de leur famille. De nombreuses femmes souffrent de sévères traumatismes, et la grande majorité n’a accès ni à une aide médicale ni à un soutien psycho-social.

En outre, le degré d’impunité des crimes de violence sexuelle est extrêmement élevé dans le pays et, même dans les rares cas où l’accès à la justice est possible, le droit des victimes à des réparations continue d’être dénié.

Réseau National

La gravité des crimes commis est à la hauteur du courage et de l’engagement des survivants. Le Mouvement des Survivant.e.s de Viols et Violences Sexuelles en RDC est un groupe de plus de 3657 survivants de violences sexuelles en temps de guerre. Le réseau aide les survivants à accéder à l’aide dont ils ont besoin, créant ainsi un lieu (plus) sûr de solidarité, d’échange et de soutien mutuel entre survivants.

A l’échelle locale, le réseau organise des événements publics et des campagnes de sensibilisation afin de faire la lumière sur les conséquences dévastatrices des violences sexuelles et de lutter contre l’impunité de ces crimes. En avril 2018, le Mouvement a réuni plus de 800 survivants pour manifester contre les viols collectifs qui ont eu lieu à l’est du pays.

Le Mouvement garantit aux survivants qu’ils soient systématiquement consultés dans l’élaboration et la mise en place des initiatives et politiques publiques qui les concernent, qu’elles soient nationales ou internationales. Les membres ont participé à de nombreux événements internationaux comme la rencontre internationale sur le genre, la paix et la sécurité dans la région des Grands Lacs, qui s’est tenue à Entebbe en 2018, la Commission sur le Statut des Femmes à New-York et l’Examen Périodique Universel du Conseil des Droits de l’Homme à Genève.

Une autre priorité des membres du réseau est de recréer le récit des violences sexuelles en temps de guerre en RDC, avec leurs propres mots. Afin de mener ce projet à bien, le Mouvement a développé des outils de plaidoyer et de mémorialisation, dont un film remarquable, SEMA, écrit et joué par des survivants de violences sexuelles en temps de guerre et les membres de leurs familles. Les survivants ont écrit collectivement le scénario, basé sur des faits réels, et ont choisi de jouer dans le film, pour donner un aperçu de leurs luttes afin d’aider à mettre un terme à la stigmatisation dévastatrice pour les victimes du monde entier.

Crédits photographiques : Josh Estey


www.mouvement-survivantes-rdc.weebly.com

+243 970 915 603

survivantesrdc@gmail.com